En mai, le taux hypothécaire moyen pour un prêt sur 20 ans s'élevait à 2,5 %, soit près du double qu'en début d'année. La vie étant aujourd'hui devenue sensiblement plus chère du fait de la flambée de l'inflation, de plus en plus de personnes se demandent si elles pourront encore un jour conclure un emprunt classique. Le temps est-il donc venu pour des formules de crédit plus flexibles?

Nous observons une hausse sensible des taux hypothécaires depuis le début de l'année.

Celui qui a conclu un emprunt à taux fixe sur 20 ans en janvier en apportant 20 % du montant de l'achat a payé un taux d'intérêt moyen de 1,40 %.

En mai, le taux moyen pour le même emprunt s'élevait déjà à 2,5 %.

Résultat, quelqu'un qui veut conclure aujourd'hui un emprunt devra payer plus d'intérêts et donc rembourser une mensualité plus élevée que celui qui l'a fait en janvier.

Soit dit en passant, même si les taux ont presque doublé en quelques mois, ils restent malgré tout historiquement faibles. Mais les planchers absolus que nous avons connus ces cinq dernières années semblent bien appartenir définitivement au passé.

 

Hausse des frais d'achat et d'entretien du fait de l'inflation

L'inflation influence non seulement les taux, et donc aussi les mensualités, mais aussi d'autres frais pour l'achat et l'entretien d'un bien immobilier. Voici quelques exemples :

  • Taxes : précompte immobilier et taxe communale
  • Assurances : assurances incendie et solde restant dû
  • Facture énergétique : gaz, électricité, mazout
  • Matières premières pour rénovation et construction
  • Frais d'entretien récurrents et/ou frais de copropriété

Un emprunt hypothécaire représente bien souvent l'engagement financier le plus important dans la vie d'un homme. Avec la flambée de l'inflation, il est aujourd'hui absolument indispensable de trouver le bon équilibre entre la hausse des frais inhérents à l'achat d'un bien immobilier et les revenus du ménage.

 

Taux fixe ou variable ?

Avec l'extrême faiblesse des taux d'intérêt ces cinq dernières années, les emprunteurs ont opté presque aveuglément pour un emprunt hypothécaire à taux fixe.

Avec la hausse des taux, de plus en plus de candidats acheteurs envisagent à nouveau un taux variable. Avec un taux variable, le taux de départ est toujours plus faible et en cas de révision, le nouveau taux ne peut jamais dépasser le double du taux initial.

Emprunter à un taux d'intérêt variable ne devient intéressant que si le taux d'intérêt de départ diffère suffisamment du taux d'intérêt fixe. Actuellement, le taux d'intérêt moyen de départ est d'environ 2,4 %, ce qui correspond presque au taux fixe de 2,5 %.

Une autre possibilité est le crédit accordéon, une formule variable où non pas la mensualité mais la durée du prêt peut changer. Vous commencez avec le taux favorable d'un taux d'intérêt variable et vous remboursez le même montant chaque mois jusqu'à la fin de votre prêt. Si le taux d'intérêt augmente, la durée du prêt est prolongée. Si le taux d'intérêt baisse, c'est l'inverse qui se produit.

 

Alternatives à l'emprunt hypothécaire classique

Ce n'est pas parce que la plupart concluent toujours un emprunt hypothécaire classique - avec taux fixe ou variable - qu'il n'existe pas d'alternatives intéressantes sur le marché.

Voici quelques exemples :

  • Amortissement linéaire à la carte (avec charges mensuelles variables)
  • Le crédit panaché en mensualité constante avec une petite partie en terme fixe
  • Reconstitution du capital à travers des plans d'épargne fiscalement déductibles

Envie de savoir s'il existe une alternative intéressante pour vous ?

Stel ons al uw vragen, wij helpen u graag verder